Ballades / Loisirs

Un grand weekend à Edimbourg

Si vous avez envie d’un peu de dépaysement et d’allier grands espaces et sorties culturelles, alors c’est le moment de vous rendre à Edimbourg. Mieux vaut éviter la capitale écossaise si l’on craint le froid : entre novembre et avril, les températures moyennes y sont dissuasives ! L’automne est une bonne saison pour s’y rendre car les Highlands se parent alors de couleurs exceptionnelles. Et la cité regorge de belles surprises.

Pourquoi choisir Edimbourg ?

Pour un weekend prolongé en amoureux, Edimbourg est une belle destination. La ville offre en effet bien des attraits : le charme de ses rues médiévales, l’ambiance feutrée de ses pubs, des paysages à couper le souffle dès qu’on fait quelques dizaines de kilomètres.
Pour les amateurs de whisky, la destination est incontournable : on peut y goûter, en distillerie, en boutique ou dans les pubs, plus de 300 breuvages ambrés. La bière y est aussi à l’honneur. Côté gastronomie, le plat national traditionnel, de la panse de brebis farcie (le haggis), peut laisser dubitatif… Mais on se régale des petits déjeuners pantagruéliques avec saucisses, bacon, haricots rouges au lard, pain et confiture, fruits frais, sans oublier l’improbable boudin noir ! De quoi affronter vaillamment les frimas.

Royal Mile

Le Royal Mile, la plus grande et le plus ancienne rue de la ville.

La ville en elle-même est très belle, avec ses pavés et ses façades gothiques. Sous le ciel bas et lourd de l’Ecosse, les cornemuses et les fantômes hantent joyeusement le moindre recoin. Trois visites s’imposent si l’on a peu de temps :
Le château d’Edimbourg, sur une colline, offre une vue d’ensemble de la cité. A certaines heures (variables en fonction de la météo), la lumière y est ensorcelante. La bâtisse, imposante, recèle bien des trésors : joyaux de la couronne écossaise avec la légendaire « pierre de la destinée » ; canons du 15e au 18e siècle, dont un est encore activé chaque jour (sauf le dimanche) à 13h. Mais aussi visite des prisons de guerre, reconstituées et foisonnantes de détails sur la vie quotidienne des détenus. Sans oublier la salle du banquet, richement décorée. Les audio-guides permettent un parcours en français bien documenté, qui vous prendra entre 2 et 3 heures. Il s’agit d’une forteresse militaire, ne vous attendez donc pas au raffinement architectural.

château d'Edimbourg

Château d’Edimbourg

Mary king’s close. La ville actuelle ayant été bâtie par-dessus celle des siècles précédents, il est possible de faire un bon dans le temps en visitant ses sous-sols. C’est ce que propose cette visite : une interprétation historiquement correcte de la vie à Edimbourg du seizième au dix-neuvième siècle. « Accompagnés d’un guide très informé sur la question, les visiteurs exploreront un dédale de rues cachées dans les profondeurs, sous le Royal Mile, où ils découvriront des épisodes dramatiques et des apparitions extraordinaires du passé, y compris des histoires de fantômes vieilles de plus de 300 ans… ». Réellement inoubliable.
Le yacht Britannia. Posté dans le port de la ville moderne, cet immense yacht est amarré là depuis de nombreuses années, et reste la propriété de la reine d’Angleterre. Autrefois il voguait sur toutes les mers du globe : 968 voyages officiels entre 1953 et 1997. On y découvre les fastes de la royauté moderne, surtout de par les espaces dévolus à ses hôtes, car le mobilier y est somme toute relativement cheap. Le salon royal, orné de son piano, reste cependant bien grand pour un voyage en mer. La salle à manger, dressée pour un potentiel repas de gala (trois heures sont nécessaires !), peut recevoir une vingtaine  de convives. Pour les amateurs de couronnes.

Britannia

Le salon familial du yacht Britannia

Excursion dans les Highlands

Les belles collines des Highlands, décor du légendaire Highlander des années 80, offrent une bouffée incroyable de Nature sauvage, avec leurs couleurs ondoyantes et grandioses. 250 kilomètres à peine séparent la capitale de cette contrée libre où se livrèrent naguère de sanglantes batailles contre l’envahisseur anglais. Le film Braveheart en donne un splendide aperçu.

Highlands

Magie des Highlands

Il est facile de réserver une excursion pour la journée, ou de louer une voiture si l’on ne craint pas de rouler à gauche. Les petites routes tranquilles vous permettront de découvrir vallées, lacs et falaises, parsemées ça et là de quelques vieux châteaux aux murs aussi épais que gris. La route qui mène de Durness à Ullapool, au nord-ouest d’Edimbourg, offre 111 kms époustouflants.
Si vous en avez la possibilité, n’hésitez pas à faire une halte dans l’un des châteaux planté sur un promontoire. Certains sont en partie en ruines, d’autres remarquablement bien conservés. Notre préféré (et l’un des plus visités) : le château du duc d’Argyll, Inveraray.

Argyll

Le fief du duc d’Argyll

Choisir Edimbourg pour un grand weekend, c’est donc se donner la possibilité de faire un voyage culturellement très riche, associé à un grand bain de nature et d’air frais. Les Ecossais se montrent très courtois et même si leur accent rend parfois les choses un peu compliquées, on trouve toujours moyen de se faire comprendre.

Enfin, si vous avez peur de partir seul(e), pensez à idvoyageur.com. Ce site permet en effet de mettre en relation les personnes qui ont des envie de voyage à partager.
Vols pour Edimbourg à partir de 25 € chez BravoFly.fr, 45 € chez EasyJet.com, 90 € chez Air France.

Partagez et likez !
Tags: , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous aimez notre magazine ? Abonnez-vous !