Développement personnel

Confiance !

Acquérir la confiance en soi dépend de plusieurs facteurs

Acquérir la confiance en soi dépend de plusieurs facteurs

Le manque d’assurance, de confiance, peut vous empêcher de faire face à de nombreuses situations et ce dans tous les domaines de la vie. Quelles en sont les causes et les conséquences mais surtout comment faire face à ce trait de personnalité qui vous empêche de vous épanouir ?

Le manque de confiance en soi et ses conséquences

La confiance en soi est la croyance en ses propres compétences. Elle peut être définie comme une auto-évaluation que l’on fait de ses capacités.

Quelles sont les conséquences du manque de confiance en soi ?
– Lorsque l’on ne se sent pas à la hauteur d’une situation, on peut en être malheureux (« Je suis nul, je ne serai jamais capable d’avoir ce boulot, je ne vais pas y arriver »).
– On va être souvent très stressé, ce qui peut détériorer notre état de santé.
– La honte est également ressentie (« Que vont-ils penser de moi si je n’y arrive pas ? »).
– On devient indécis face aux nouvelles situations (« J’y vais ? non j’y vais pas…euh bon allez, si j’y vais »).
– Enfin, on mettra en place d’incroyables stratégies d’évitement en cherchant la première excuse potable (« Non, je ne peux pas aller à cet entretien d’embauche, j’ai poney »).
Nous sommes très durs avec nous-mêmes en nous jugeant mal ou incapable de faire face. Lorsque la confiance vient à manquer, cela peut alors devenir un frein à notre intégration.

Libellules magazine

Manquer de confiance engendre de nombreuses conséquences

Les causes du manque d’assurance

Une part d’inné ?
Le psychologue Jérôme Kagan fait l’hypothèse qu’il existe une personnalité inhibé inné. A travers ses recherches, il a remarqué que les bébés hautement réactifs en présence de stimuli nouveaux (qui pleuraient très fort) et que ceux faiblement réactifs (qui restaient calmes) avaient toujours le même comportement plusieurs années après. Il y aurait donc une part d’innée dans la crainte face à la nouveauté, comportement représentatif du manque d’assurance.

Le rôle central de l’environnement

Cependant, on se rend compte que l’environnement joue un rôle très important. La confiance en soi n’est pas donc pas immuable. Elle peut se construire au fur et à mesure de chaque parcours personnel.
Tout d’abord, le soutien de la famille est déterminant. Plus l’enfant se sentira aimé et entouré par son entourage, plus il aura confiance en lui-même. Différents événements peuvent aussi venir favoriser ou non cette confiance (réussites ou échecs personnels/professionnels …)
Puis, il convient de parler de ce qu’on appelle l’effet pygmalion (l’autoréalisation des prophéties). Rosenthal et Jacobson ont mené l’enquête. Ils ont séparé des élèves d’une classe de primaire en deux groupes selon que leur potentiel était considéré comme fort ou faible. A la fin de l’année, le groupe à fort potentiel avait bien plus avancé que l’autre. Pourtant une information était dissimulée aux enseignants : à l’origine, les élèves avaient le même niveau. L’attente d’un enseignant vis-à-vis du comportement de ses élèves va donc souvent conduire à la confirmation de ce comportement. Dans ce processus, le manque d’assurance sera alors présent chez l’élève qui ressent que l’adulte ne lui fait pas confiance.
La culture du pays dans lequel on grandit peut également impacter la construction d’une confiance en soi. Comparons la France et les Etats-Unis. A l’école américaine, les enseignants ont adopté une attitude de valorisation des compétences des élèves, pédagogie inspirée de l’effet pygmalion. Dès leur plus jeune âge, les enfants apprennent à parler en public devant leur camarade pour présenter quelque chose et en parler. Ce sont les « show and tell ». Cette attitude encourageante pousse l’enfant à avoir (plus que) confiance en lui. Cependant, cette pédagogie a pu être critiquée en allant trop loin dans la surestime de soi et en rendant notamment la nouvelle génération incapable d’accepter la critique. Les jeunes français apprennent quant à eux à avoir un sens critique mais ne sont pas spécialement encouragés de manière positive. De plus, ils n’ont pas l’expérience de ces fameux « show and tell » qui favorisent la construction d’une croyance en ses propres capacités. L’impact de la société sur le jugement que l’on a de ses propres capacités n’est donc pas à négliger.

Les techniques pour reprendre confiance en soi

Osez !

Osez !

Il vous est possible de travailler votre manque d’assurance afin de reprendre confiance et d’ainsi faciliter votre quotidien.
Tout d’abord, contrairement aux idées reçues, l’autosuggestion n’est peut-être pas la méthode qu’il vous faut. Partant du postulat qu’une image qui s’implante dans le subconscient se réalise, il vous faut répéter régulièrement une phrase telle que « aujourd’hui je suis capable de tout ». Souvent conseillée, il est à noter que Joanne Wood, professeur en psychologie explique que la pensée positive aurait un effet inverse sur ceux qui ont une faible estime d’eux-mêmes. Ainsi, plus vous vous direz « je dois avoir confiance en moi », moins vous aurez confiance en vous. Attention donc à cette méthode !

 

Affronter ses craintes peut être très difficile, ne nous mentons pas. Mais cette méthode est des plus efficaces. Face à une nouvelle situation à affronter, vous vous dîtes « qu’est-ce que les gens vont penser de moi ? ». Vous souhaitez partir en courant sans vous retourner. Ce comportement vous soulagera d’abord, puis vous serez triste voire honteux. En restant dans l’inaction, vous êtes dans un cercle vicieux. Vous ne vous donnez aucune possibilité de vous convaincre que vous pouvez réussir dans une situation donnée. Il est normal d’avoir peur de faire quelque chose de nouveau et de ne pas se sentir en sécurité. Mais « le sentiment de sécurité se développe avec l’expérience, c’est-à-dire que plus on expérimente, plus on développe ce sentiment de sécurité. » De l’entrainement et de l’expérience, découleront ce sentiment et la capacité qui permettront alors de développer la confiance en soi. Il est donc bon d’affronter directement la situation (« allez, je vais à mon entretien et si ça se passe mal, je lui dis que je dois partir car mon cours de poney m’attend… »). D’autant plus qu’une fois la situation passée, cette dernière est relativisée. On se dit souvent que ça ne valait pas le coup d’en faire toute une histoire. Surpasser ses peurs redonne donc une bonne dose d’assurance et permet de mieux se connaitre soi-même.
Arrêtez de vous comparer aux autres. Si le regard des gens vous fait peur, gardez en tête que ces personnes ne passent pas leur temps à vous évaluer. Ils sont généralement bien plus tournés vers eux-mêmes. Ne passez donc pas votre temps à vous sentir jugé. Il y aura toujours mieux et moins bien que vous. Si vous restez obnubilé par les autres, cela gâche votre énergie, vous empêche de vous recentrer sur vos compétences et donc de vous sentir capable. Faites le point sur vos qualités, vos capacités et vos réussites et vous serez surpris de vous-même.
Travailler sur toutes ces méthodes peut vous aider à reprendre confiance en vous. Si elles ne vous conviennent pas ou que vous souhaitez être accompagné dans votre démarche, vous pouvez également envisager diverses thérapies qui ont pu s’avérer très efficaces sur certaines personnes (thérapie systémique, hypnothérapie, Gestalt thérapie, PNL etc….)
Pas à pas, en vous donnant des objectifs raisonnables, vous pourrez surmonter vos craintes et vous détacher du regard de l’autre. Croyez en vos capacités, la confiance n’est plus bien loin…

Partagez et likez !
Tags: ,

One Comment

  1. Pingback: 9 étapes pour maîtriser la colère - Libellules Magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous aimez notre magazine ? Abonnez-vous !