Au boulot

Copiner au travail : bonne ou mauvaise idée ?

Copiner au travail : avec modération !

Copiner au travail : avec modération !

Nous passons le plus clair de notre temps au travail. Dans le cas d’un contrat de 35 heures, c’est, la plupart du temps, sept heures passées sur place chaque jour, du lundi au vendredi. Et sans compter les heures supplémentaires, les imprévus ou encore les projets de réformes pour faire disparaître les 35 heures. Bref… Dans un contexte comme celui-ci, bien compliqué de faire abstraction de l’environnement dans lequel on se trouve. On ne peut pas ignorer ses collègues. Alors naturellement du lien social se tisse. Cependant où se trouve la barrière à ne pas dépasser ? A quel moment est-ce que pour désigner les « collègues » de travail on utilise le terme « amis », beaucoup plus familier ? Et surtout est-ce vraiment sain de sortir des rapports de travail pour copiner ? Pas si sûr…

L’intégration passe par les rapports humains !

Dans la plupart des entreprises, le tutoiement est de mise. Une manière d’instaurer une ambiance moins impersonnelle. Les déjeuners entre collègues sont une habitude, difficile alors d’y déroger. Cependant, on peut très bien s’y associer en instaurant une limite à respecter, tant au niveau des sujets à aborder que dans l’attitude à adopter. Le copinage n’est pas forcément en soi une mauvaise chose. A chacun de placer le curseur au bon endroit car les rapports avec les collègues sont importants et sont un signe d’intégration dans l’entreprise. Alors il est préférable de ne pas s’isoler, de ne pas être froid. On peut très bien s’intéresser aux collègues mais dans la limite du travail, sans être superficiel. Parce qu’attention : être collègues et amis est une situation qui peut très vite devenir ingérable.

Savoir garder de la distance

Faire en sorte de préserver son intimité, de ne pas trop copiner sont des façons de se protéger. Rester professionnel, se concentrer sur le travail à faire, consacrer quelques minutes à la discussion entre collègues à la pause, à l’heure du déjeuner sont assez. Malheureusement dans bien des situations, avoir de fortes relations d’amitié sur son lieu de travail se retourne contre soi. On échange sur nos vies personnelles, voire nos convictions. Certaines personnes ne savent pas tenir leurs langues. Puis un jour tout se sait et alors gare à la manipulation ! C’est un des risques du copinage. Il est bien difficile de mettre une limite une fois qu’on a fait le choix d’être plus que des collègues. De plus, une fâcherie personnelle peut avoir des conséquences très néfastes sur le plan professionnel. Soudain votre copine de bureau vous déteste (pour x ou y raison) et vous mène une vie d’enfer 7 heures par jour… Pas moyen d’échapper à cet étau, sauf à changer de service. Autant ne pas en arriver là et conserver une saine distance.

Lorsque trop de familiarités s’installent, il est ardu de revenir en arrière sans que cela ne brise quelque chose au sein de la relation. En lisant les expériences sur Internet, dans les livres de psychanalystes, les conclusions sont les mêmes : l’ambiance de travail n’est plus aussi bonne qu’avant, voire se détériore à en devenir invivable !

Enfin, comment parvenir à réellement faire une différence entre vie privée et vie professionnelle si rendez-vous est pris, après les heures de bureau, afin de boire un verre ? Ce moment de détente tournera forcément au moins un peu autour des questions professionnelles. Dés lors, l’espace privé est parasité par le domaine pro, et c’est la porte ouverte au surmenage.

Alors, copiner au travail pourquoi pas ? Cependant il faut parvenir à mettre des limites. Sympathie et distance, cela devrait suffire. Ce qui n’empêche pas les vraies rencontres amicales, rares mais bien réelles : apprendre à connaître les gens avant de leur accorder notre amitié – et nos confidences – est le plus sûr moyen d’éviter les déconvenues !

Tags: , ,

2 Comments

  1. Pingback: 10 choses à ne pas faire avec son patron

  2. zigmund says:

    C’est vrai que ça peut tourner au vinaigre et alors bonjour les dégâts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>