Entre copines

L’attente après la première nuit/soirée

L’attente… flottante, récurrente, frustrante, désespérante : est-il encore utile de vous préciser de celle dont je parle ?
La gent féminine s’y reconnaîtra certainement. Cette fameuse attente après la première nuit ou soirée.

Après les premiers émois l'attente s'installe...

Après les premiers émois l’attente s’installe…

Je vous parle de cette attente de l’Autre : celui ou celle que vous venez de rencontrer (ou qui fait partie depuis longtemps de votre quotidien) et avec qui vous venez de franchir cette ligne invisible .
Cette attente dont Bénabar et les scientifiques ont présumé qu’elle devait s’appuyer sur 3 jours, pour être valable.

Reprenons du début.
Il y a cet instant, cette rencontre, ce point de collision qui vous plonge dans le meilleur des romans Arlequin, tant que l’autre est à portée de main.
Puis vient le moment de la séparation. Où l’on oublie d’organiser les longues heures (voir journées en espérant que cela ne devienne jamais des semaines) de doutes qui vont suivre.

Bref, on oublie d’évoquer, avec l’Autre, cet après.

Comment proposer la trame d’une suite dont on commence à peine à savourer le goût ?
Je vous la fais plus pragmatique :  vous étiez à 15 grammes environ. Dans votre souvenir, il était drôle, spirituel et carrément sexy ( selon vos critères). Maintenant sans avoir de raison palpable vous avez envie de le revoir.
Mais cela reste compliqué de savoir sous quel angle : « sex friend », flirt, couple, union libre, mariage ?

Comment décliner la suite ?

On pourrait proposer spontanément le plan cul. Proposition qui se finit souvent dans une impasse.
De mémoire, et en dehors de quelques jolies comédies romantiques, un plan cul laisse toujours un des 2 sur le carreau. Oui on sait , on avait dit pas d’attachement, pas de sentiment mais :
… un jour vous vous pointez en soirée avec ce sentiment qu’il vous est acquis et que, comme d’habitude, vous rentrerez ensemble. Sauf que vous avez fini par oublier qu’il n’y a aucun engagement et qu’ainsi ce soir il est venu avec une belle blonde, avec laquelle il va rentrer.
Disons que le principe de réalité n’est jamais loin surtout quand il est “blonde à forte poitrine”
Alors même si cette proposition peut paraître un bon plan de départ, petit conseil : réfléchissez bien à ne pas être celle ou celui qui s’attachera…

Espoir qu'il appelle enfin

Espoir qu’il appelle enfin

On peut aussi simplement faire fuir l’autre en lui proposant de débuter une histoire : dis, ça te dirait pas que, toi et moi, on s’envole sur un tapis volant ? Tu serais mon Aladin et je serai ta Jasmine… C’est un peu l’équivalent d’une balle dans le pied et sa réponse pourrait vous achever .

Reste donc l’Attente, issue d’une absence de proposition claire.

De peur de tout perdre ou de s’engager dans une impasse, on se tait. On se laisse le droit d’attendre , de douter mais aussi de fantasmer un peu .
A ma dernière attente, je me suis dit que ce n’était plus possible :
Je guette en permanence mon téléphone ou tout autre moyen de communication avec lequel il pourrait me joindre.
Quand je prends ma douche le matin, je fais en sorte de me rendre opérationnelle à toute éventualité de rdv avec lui, bien que même l’ombre de ce rendez-vous soit absente.
J’essaye toujours de voir à quel moment je pourrais quand même le voir. Donc j’aménage des portes de sortie dans ma vie sociale pour lui réserver un espace, espace qu’il ne me demande même pas !
Je me retiens de lui envoyer des nouvelles ; (putain!) il faut que l’envie émerge de son côté, si je lui en donne tout le temps et qu’il répond ça veut juste dire qu’il est poli, pas qu’il est fan de moi…
Je me retiens de saouler mes copines sur les différents scénarios que j’ai envisagé concernant notre avenir commun (je ne me retiens qu’en partie !)
Je tente de « réanalyser » pour la centième fois le moindre de ses propos lors de notre rencontre , ce qui reste très aléatoire et soumis à mon humeur du moment… 
“Aaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhh je reflechis trop!!!!!”

La liste est longue et la gêne occasionnée s’amplifie.

Comment éviter les affres de l'attente ?

Comment éviter les affres de l’attente ?

Alors comment réagir, comment changer la donne ?

De toute façon, soyons honnête, si l’Autre vous impose l’attente c’est qu’au fond il n’est pas si motivé !
A l’heure des moyens de communication sur-développés (et pour peu qu’il ait fini la nuit chez vous , reste toujours votre boite aux lettres), s’il n’arrive pas à vous dire qu’il veut vous voir, c’est tout simplement qu’il n’en a pas envie.
Bien sûr votre esprit fertile peu lui trouver un milliard de raisons (des plus nobles aux plus hasardeuses) pour justifier son silence et votre attente. Ma coloc d’ailleurs imagine que son Autre ne lui donne pas de nouvelles pour la simple et bonne raison qu’il est parti sauver les pandas en Asie du Sud-est, et elle espère secrètement qu’il lui proposera de le rejoindre…

Et si on revenait à l’essentiel !?

Cela passera par une discussion de départ, qui ne parlera peut être pas du type de relation (plan cul , flirt blablabla ) mais qui évoquera les envies de chacun. Car sans envie rien ne peut advenir.
Finalement quand celui que vous preniez pour le sosie de Shemar Moor (quelques degrés d’alcool plus tôt) disparaîtra au loin, vous saurez au moins ce que vous pouvez attendre.

Heureusement il restera toujours les copines pour vous écouter vous plaindre de ce que vous n’avez pas réussi une fois de plus à faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>