ça déméninge !

Le transhumanisme ou l’homme machine

Le transhumanisme est par définition un mouvement intellectuel qui prône le développement des caractéristiques physiques et mentales des êtres humains grâce à la science et à la technique. L’intelligence des robots révolutionne l’évolution humaine traditionnelle. Elle ouvre ainsi de nouvelles dimensions au cerveau humain qui est amené à devenir un « posthumain »…

Qu’est ce qu’un transhumain, ou plus précisément un posthumain ?

C’est tout simplement l’homme du futur amélioré par la technologie, qui peut expérimenter de nouveaux états, que les cerveaux humains actuels ne peuvent atteindre. Certains pensent qu’il existe un impératif de toujours chercher le perfectionnement. Il est vrai que les hommes s’efforcent toujours d’aller plus haut, plus loin, visent le progrès et l’amélioration de leur condition humaine. Les ordinateurs et robots possèdent des capacités semblables (mémorisations de données, vitesse de recherche etc..) Ils apprennent ainsi rapidement comment fonctionne le monde des hommes, ses émotions, les relations qu’ils entretiennent. Ces machines intelligentes peuvent donc se mouvoir, faire preuve d’empathie… Jusque-là, ces qualités étaient réservées aux êtres vivants.

transhumanisme

De nos jours, nous sommes également augmentés au quotidien grâce aux nouvelles technologies : de part nos téléphones qui nous permettent de communiquer à distance, mais aussi internet qui nous permet de trouver des informations n’importe où et n’importe quand. De plus en plus nombreux sont ceux qui font appel aux imprimantes 3D pour obtenir des membres de remplacement, comme une main ou une jambe. Ces imprimantes sont également capables de fabriquer des… organes. Pour les scientifiques, ce sont là des avancées majeures, qui repoussent les limites physiques de l’humain. Pour les détracteurs du transhumanisme, les questions éthiques posent problème…

Le transhumanisme peut nous permettre de gommer toutes les contraintes et limites de l’homme (un handicap, une souffrance, une maladie, un vieillissement, voire bien la mort). Être résistant à la maladie et vaincre la mort, c’est avoir un contrôle absolu sur ses propres désirs, ses humeurs, ses états d’âme et éviter des sentiments néfastes tels que la haine, la colère.

transhumanisme

Mais alors si les transhumains ou posthumains sont en perpétuel contrôle d’eux-mêmes, sont-ils pour autant humanistes ?

Ces nouvelles machines pourraient compléter l’être humain, voire même devenir des surhommes, comme les héros, dotés de supers pouvoirs qu’aucun homme dans sa nature ne peut posséder. Le terme « transhumanisme » est effectivement associé à des images de science-fiction comme le clonage, le mi-homme/ mi-robot, vu dans les films de SF. Aujourd’hui, la réalité dépasse la fiction.
Cependant le développement du transhumanisme révèle chez l’homme un désir d’aller au delà des limites, au-delà du possible et de ce que peut offrir la Nature. Ce désir de la transformation, de l’humain au transhumain, comporte des risques et des conséquences pour la nature de l’homme.

Tout ce qui vient de la Nature doit retourner à la Nature. La vie et la mort font partie de l’humanité. Ce qui rend par définition les robots dépourvus de toute humanité. La peur de la mort et le désir d’immortalité ont toujours été très présents dans les préoccupations humaines : pour les transhumanistes, la technologie pourrait repousser, voire supprimer ces peurs.

La quête d’immortalité risque de créer une société avec des conflits générationnels… Il n’y aura plus de distinction entre les jeunes et les personnes âgées. L’idée de l’homme immortel nous élèverait et dans ce sens nous mettrait dans une situation de super-puissance. Ce désir dénonce un sentiment d’orgueil de la part des hommes…En effet, rien ne peut lui échapper s’il est immortel et invincible.

transhumanisme

Ensuite, les technologies, anciennes et nouvelles, ont permis à l’Homme de changer l’Histoire, d’évoluer et de se développer en repoussant toujours plus les limites de la nature. Mais si ces avancés ne sont pas totalement gérées et utilisées de façon intelligente et utile pour l’homme, elles peuvent devenir destructrices. Le transhumanisme risque  d’être au service de la guerre, de ceux qui veulent détenir la suprématie. Cette intelligence artificielle risque donc de surpasser l’Homme.

De plus, le transhumanisme modifie le corps de l’être humain. Abandonner certaines de nos sensations, de nos imperfections et de nos faiblesses aboutirait à faire de l’homme une machine, un monstre. Cette transformation nous priverait de notre qualité d’humain au nom de la recherche de la perfection.

mégahumain

Enfin, cela provoquerait des inégalités entre humanité et transhumanité : la modification du corps ne serait accessible que par les classes les plus aisées, ce qui augmentera l’écart entre la richesse et la pauvreté.

Doit-on alors craindre alors l’arrivée du transhumanisme? Comment intégrer de façon intelligence ces robots qui nous dépassent ?

A première vue l’homme craint les robots et plus généralement toutes créations humaines qui se retournent un jour ou l’autre contre l’homme. Des fictions comme Frankenstein, Spiderman, en sont la preuve. Une exception pourtant : l’homme qui valait trois milliards ! Dans cette série des années 70, le transhumanisme pointait déjà…

Les créations humaines telles que les robots dépassent rapidement l’intelligence humaine. Ils nous font donc peur car ils peuvent progressivement nous remplacer dans la société, le secteur de l’emploi etc.. L’Homme s’est toujours méfié des robots.

robot1

Cependant une alternative est possible, c’est l’hyperhumanisme. En privilégiant la solidarité et la mise à disposition de nouvelles technologies au service des hommes, la technique restera sous contrôle et toujours au service des personnes et non au service d’un individu. En considérant que ces machines intelligentes sont une amélioration de l’individu, on peut alors chercher le meilleur d’eux mêmes pour notre évolution. l’Homme peut donc tirer profit de ces robots et leur intelligence artificielle.

C’est là que l’intelligence artificielle peut devenir une aide indispensable. Elle permettrait de dépasser le caractère individualiste de ceux qui prônent le transhumanisme. Il ne s’agit pas de devenir des transhumains, mais de travailler main dans la main avec les robots afin de développer notre propre intelligence et faire évoluer le monde des humains. Dans certaines cultures orientales comme le Japon, les robots sont une aide indispensable pour l’Homme.

transhumanisme

L’hyperhumanisme pourrait ainsi développer la connaissance, les possibilités qui s’offrent aux hommes. Au lieu de vouloir imposer notre suprématie sur la Nature, l’hyperhumanisme peut nous aider dans notre évolution. Par exemple, les avancées technologiques donnent de l’espoir aux malades, aux personnes abimées « les grands brulés », au personnes paralysées.. L’hyperhumanisme répare et remplace par des jambes et des bras articulés les personnes amputées.
Pour information, des ingénieurs britanniques ont déjà créé Bionic Man, le premier robot à 70% humain doté d’organes vitaux artificiels.

transhumanisme

Pour aller plus loin sur le thème du transhumanisme :

La vidéo est un séminaire de Raphaël LIOGIER, filmé au Collège international de philosophie. Passez les 5 premières minutes, où il définit ce qu’est une synthèse. Il aborde ensuite la synthèse de plusieurs séminaires précédents sur la question du transhumanisme. Un peu ardu mais passionnant !

– L’homme programmé », Méridien Zéro, émission n°135 du 10/03/2013 avec Maurice Gendre, Lucien Cerise, Thibault Philippe, Gilles de Métanoïa –
– La nouvelle conception de l’Homme – La construction de l’être humain », Centre culturel français de Karlsruhe et Zentrum für Kunst und Medientechnologie (ZKM),
– Le film « l’homme Bi-centenaire » avec Robie William pose le problème de l’immortalité contraire à l’humanité.

Partagez et likez !
Tags: , ,

2 Comments

  1. Pingback: Demain, tous avec des implants neuronaux ? - Libellules Magazine

  2. Pourquoi penser conflits générationnels? La distinction sera là quand même. Une personne « âgée » est censée acquérir de la sagesse, avec la maturité (une forme de lucididé et plus de discrimination sur les choses et les événements, que le temps et les expériences vécues aident à acquérir. La personne plus âgée maîtrise mieux ses pulsions et a appris à temporiser, à faire des compromis, des concessions, etc., etc.). Elle peut servir de modèle.
    Qui dit que tout ce qui vient de la Nature doit retourner à la Nature? Il faut revoir notre vision du monde.L’on peut tout imaginer: ceux qui désirent rester des enfants seraient les enfants de ceux qui aimeraient être toujours parents. Pourquoi ne pas imaginer que l’on puisse préférer rester à un certain âge et pouvoir y rester? Et ceux qui ne veulent pas tout recommencer depuis la naissance commencerait à 20 ou 30 ans.
    Je crois plus au transhumanisme qu’à l’hyperhumanisme. je ne crois pas à l’ère de la solidarité si nous ne travaillons pas sur nos imperfections, nos faiblesses et nos travers. C’est cela qui engendre les conflits et les guerres et non pas le tentative d’accès à une intelligence supérieure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous aimez notre magazine ? Abonnez-vous !