Vie citoyenne et initiatives solidaires

L’habitat participatif : quand le collaboratif s’invite dans l’immobilier

Le collaboratif s’invite dans tous les domaines, et ce même jusque dans le secteur de l’immobilier. Qu’on l’appelle habitat participatif ou encore habitat groupé, nous vous présentons aujourd’hui cette démarche singulière qui intéresse de plus en plus de Français.

vivre ensemble

Une alternative pour les ménages

Vrai mélange entre copropriété et communauté, l’habitat participatif est une nouvelle alternative en termes de logement. Il s’agit du regroupement de plusieurs ménages dans le but de financer et construire des habitations dont certains espaces de vie sont partagés avec le reste des membres du groupe. Il peut s’agir par exemple d’un bureau, d’une buanderie, ou encore d’un atelier. En somme, chacun a son chez-soi, mais certains espaces sont mutualisés parmi les habitants.

Plus que le partage d’un simple espace, l’habitat groupé se veut intergénérationnel, promoteur de valeurs solidaires et tourné vers l’écologie. Que ce soit dans une zone urbaine sous forme d’immeubles, ou dans une zone rurale sous forme de maisons, les bâtiments sont construits avec des matériaux respectueux de l’environnement. L’utilisation d’énergies renouvelables est prévue pour leur fonctionnement quotidien.

Arrivé dans les années 1970 en France, l’habitat participatif permet la préservation de la vie privée et de l’intimité de chacun tout en facilitant les échanges, la création de lien social et l’animation de ce qui s’assimile, au final, à un vrai quartier.

HEP

Une aventure humaine avant tout

Les habitats participatifs regroupent entre cinq et vingt ménages, avec au moins autant de personnes aux caractères différents qu’il faut canaliser et gérer tout au long de l’aventure. En vrai projet immobilier collectif, les futurs propriétaires mènent tout de A à Z au travers de cinq grandes étapes : la constitution du groupe, la définition des aspirations de chacun, le montage juridique et financier, la conception et la construction. Cela va donc sans dire qu’une bonne entente parmi les participants est primordiale.

L’habitat participatif a pour objectif de remettre l’humain au cœur d’un projet d’habitat. Chaque habitant est ainsi partie prenante dans la gestion du logement et lorsque vient le moment de prendre des décisions, une personne représente une voix. Ce choix de logement vise à recréer un voisinage comme on pouvait l’entendre autrefois, en abaissant les barrières érigées au fil des dernières décennies. Il s’agit de réapprendre à vivre ensemble, dans la confiance et la bienveillance. Outre des espaces mutualisés, les habitants pratiquent également le covoiturage et trouvent souvent des solutions communes pour la garde d’enfants. Solidarité, on vous a dit.

habitat participatif

Des projets soutenus par les pouvoirs publics

Les habitats participatifs sont des projets ambitieux financièrement et humainement, qui sont encouragés par le gouvernement. La loi ALUR votée en mars 2014 (loi pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové) propose entre autres un cadre juridique à l’habitat participatif afin de favoriser le développement de ces initiatives citoyennes. Cette loi a permis entre autres la création de deux statuts juridiques spécifiques à ces regroupements d’habitants : les coopératives d’habitants et les sociétés d’attribution et d’autopromotion. Le but est ainsi de définir la propriété et l’usage de la propriété faite par chaque associé dans le projet.

Afin de pallier d’éventuelles périodes de découragement, de nombreuses associations nationales et départementales ont vu le jour et sont aujourd’hui capables d’accompagner les personnes souhaitant faire partie d’une telle aventure. Enfin, les collectivités se montrent souvent à l’écoute de ce genre de projets et répondent présentes lorsque leur expertise est sollicitée.

 

Avec plus de quatre cent projets d’habitats participatifs en cours ou achevés en France, un nouveau besoin en matière de logement se fait ressentir. Même si cette nouvelle alternative est attrayante, l’envergure d’un tel projet effraie beaucoup d’intéressés. Il faut d’ailleurs compter en moyenne entre trois et cinq ans entre les balbutiements du projet avec la constitution du groupe d’habitants et l’emménagement effectif…

 

 

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>