ça déméninge ! / Vie citoyenne et initiatives solidaires

Qui sont les créatifs culturels ?

Ils composent plus de 39% de la société américaine et plus de 17% de la société française mais l’ignorent : ils sont ce qu’on appelle des « créatifs culturels ». Et si la révolution ne se faisait pas en descendant dans les rues mais en changeant son mode de vie ?

 

Les hippies des temps modernes ?

Il fallait mettre un mot sur cette tendance de fond et c’est ce qu’ont fait deux psychologues et sociologues américains dans le livre : « Les créatifs culturels : Emergence d’une nouvelle culture » (Ed. Yves Michel, 2000). Terme traduit littéralement de l’anglais « Cultural Creatives » (ce qui anime d’ailleurs souvent les débats), les créatifs culturels sont les personnes à l’origine de la mutation actuelle de notre société. Emplis d’idéaux, les créatifs culturels sont des personnes qui aspirent à un avenir meilleur et qui, de par leur mode de vie, agissent dans ce sens. En prenant du recul et en analysant leur environnement (surconsommation, valeurs en perdition, destruction de la nature, poursuite effrénée d’objectifs économiques), les créatifs culturels se sont mis à imaginer un monde meilleur et ont commencé à appréhender leur vie sous un nouvel angle et à consommer différemment, de manière plus responsable.

vivre ensemble

Bien qu’ils tirent indéniablement leurs racines du mouvement hippie des années 1960, les créatifs culturels ne cherchent pas à se marginaliser de la société dans laquelle ils vivent. Bien au contraire, les créatifs culturels font partie intégrante de la société, tout en remettant en question son mode de fonctionnement. Apparus dans les années 1970, les créatifs culturels ont une particularité : leur implication étant une démarche personnelle, ils n’ont, pour beaucoup, pas conscience de leur appartenance à un groupe socio-culturel qui se développe à vitesse grand V.

 

Une révolution par le mode de vie

Dans leur quête de sens, les créatifs culturels ont un mode de vie et des valeurs communes, parmi lesquelles une vision du monde pacifique ou encore une consommation responsable et biologique. Ce sont des personnes qui résistent par la consommation, c’est-à-dire qu’elles continuent de consommer mais d’une manière différente (hors des circuits de distribution de masse par exemple).

Les créatifs culturels cherchent à remettre l’humain et la solidarité au cœur de la société. Ils recommandent les pratiques visant au développement personnel et spirituel, tout en cherchant un maximum à s’impliquer au sein de la société. Ils portent un intérêt particulier à la nature et aux médecines alternatives, qui connaissent avec eux un réel regain.

pseudo

Le profil des créatifs culturels montre souvent un niveau d’éducation supérieur à la moyenne française. A l’ère de l’infobésité, les créatifs culturels privilégient l’accès à une information de qualité plutôt qu’à une information rapide. Le voyage idéal est pour eux une combinaison de découvertes culturelles et de nouvelles expériences enrichissantes d’un point de vue personnel.

 

Quel avenir pour les créatifs culturels ?

Alors que deux familles socio-culturelles se distinguaient jusqu’alors, une troisième voie, celle des créatifs culturels, s’impose progressivement. Emprunté du système américain, on comptait ordinairement :

  • les Traditionnalistes, tournés vers le passé et avec des valeurs conservatrices
  • les Modernistes, qui acceptent et subissent en quelque sorte le monde changeant dans lequel ils vivent. Ces derniers portent un grand intérêt au monde économique et à l’évolution des technologies.

Encore peu conscients de leur nombre et de leur force, le mouvement des créatifs culturels constitue cependant une alternative nouvelle.

index2

Dans l’espoir de construire un avenir meilleur pour eux mais aussi pour les générations futures, les sociologues imaginent déjà les créatifs culturels changer le monde de l’entrepreneuriat en y introduisant les valeurs et le comportement éthique qui leur sont si chers. Il s’agirait alors de construire un monde économique qui réussirait à conjuguer développement durable et rentabilité raisonnée. Et là, on voit bien la différence avec les hippies des années 1960.

 

Sois le changement disait Ghandi

Sois le changement disait Ghandi

Les créatifs culturels œuvrent à la création d’une nouvelle société dont ils épouseraient les valeurs. Cette révolution est une révolution silencieuse qui s’opère dans des millions de chaumières de par le monde occidental. Ce mouvement, s’il était amené à prendre conscience de lui-même et à s’organiser, pourrait compter entre autres sur l’aide des nouveaux médias dans la propagation de ses valeurs.

Partagez et likez !
Tags: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous aimez notre magazine ? Abonnez-vous !