Entre copines

Toute copine est bonne à prendre

Classification amicale

Je ne sais pas pour vous mais certainement qu’à l’adolescence vous aviez « The » meilleure amie, celle que vous considériez comme votre âme sœur, cet être supérieur qui seul pouvait vous comprendre.

La meilleure amie d'enfance ou d'adolescence

La meilleure amie d’enfance ou d’adolescence

Puis, normalement, si tout s’est bien déroulé, vous avez fait le deuil de cette symbiose fantasmée.
Vous avez élargi votre horizon amical. Vous avez quitté le lycée et la maison, et chaque changement s’est accompagné de rencontres.

Nous voilà à la trentaine, avec une bande de copines mais aussi de copains, où chacun a une place, assortie d’une fonction.
Oui parce qu’on a enfin compris et accepté qu’une seule personne ne pouvait combler totalement ce que nous sommes (et vice et versa), en amitié.

La bande en vrac

On a la bonne copine, celle qui nous comprend presque sur un simple regard et à qui on ose avouer ce texto pathétique, envoyé à celui qu’on avait nommé, au dernier apéro-copines, « le plus gros con de l’année 2015″. Car même si l’année n’était pas finie, on savait déjà que personne ne le battrait d’ici le jour de l’an. Bref, c’est à elle, une fois qu’elles sont toutes parties, qu’on avoue pathétiquement avoir quémandé un peu de tendresse surnommée « sexe » puisque c’est la seule chose qu’il veut avec nous (ce gros con!).

amies

Puis on a la copine arrachée qui se fout de tout : des normes et de tout le reste. Elle nous permet de nous rassurer les soirs où l’on se dit qu’on ne sera jamais en couple au vu de notre « originalité » chronique, qui semble faire fuir tout homme qui voudrait s’engager.
Elle déteste encore plus de gens que vous, elle se tape royalement du regard des autres. Et lorsque, une fois de plus, vous êtes en train de vivre un moment de honte incommensurable, vous pensez à sa phrase fétiche  » J’emmerde la moitié du monde et je vomis sur l’autre partie ». Vous n’y croyez pas vraiment mais ça vous aide à passer ce moment.

Il y a la copine qui vit dans le monde de « Oui-oui ». Je n’irais pas jusqu’à dire qu’elle est naïve car finalement elle voit les choses et les gens tels qui sont, c’est juste qu’elle refuse d’adhérer totalement au concept de méchanceté gratuite et intentions malveillantes.

Alors, quand votre collègue de boulot vous enfonce en réunion, encore une fois, vous pensez à elle. Cela peut vous permettre de ne pas insulter votre collègue « car peut être n’a t il pas fait exprès !!! ».

On a aussi la copine « propre», celle qui a une vie bien rangée : un homme, une maison, un chien et un bébé. Attention je ne dis pas qu’elle est entrée dans la norme ennuyeuse et angoissante. Je dis juste qu’elle est toujours aussi délire avec l’esprit critique et acerbe, mais qu’on a tendance à lui minimiser le récit de nos nuits de débauches.

copine

Il y aurais encore tellement de types de copines…  Comme celle toujours de bonne humeur avec une blague pour chaque chose, mais qui reste relativement silencieuse sur sa vie privée… etc.

Mais celle dont je veux vous parler c’est l’égocentrique.

Alors on est d’accord je n’ai pas dis égoïste, mais égocentrique. Celle qui a décidé de ne vivre qu’en partant de son nombril.
En soirée, quand vous êtes en train de parler, ça donne souvent  » Ah oui, moi c’est pareil faut que je te raconte … »

Non, vous n’aviez pas envie qu’elle raconte. Vous vouliez tranquillement finir de vous plaindre sur la vieille du 5 éme qui laisse son chien pisser dans l’ascenseur et qui fait semblant de pas le voir. Et qui sait tellement bien faire la petite vieille fragile et sourde que vous n’osez pas lui dire qu’en lendemain de cuite vous êtes à deux doigts de rendre le doliprane que vous avez tenté d’accompagner d’un café et d’un bout de pain.

grr

Aigreur et frustration

Mais la encore c’est gentil , vous gardez votre anecdote pour plus tard, elle finira bien par se taire !

Mais vraiment ce qui peut vous insupporter le plus, c’est quand vous êtes arrivée désespérée au dernier apéro, au fond du seau. Vous commenciez à déverser votre désespoir avant même d’avoir un verre à la main. Vous aviez donnez les grandes lignes pour que tout le monde resitue l’histoire et, au moment où vous abordez le gros du problème pour lequel vous êtes venue chercher une solution éclairée, elle vous coupe et dit « ah, mais moi c’est pire, une fois mon mec….. blabla… »

narcisse
Vous avez failli la tuer mais un ou deux regards de soutien du reste de la bande vous en ont dissuadée. Et vous avez fait un cul sec tout en serrant les dents, (oui c’est possible !!!). Et vous avez prié pour qu’elle ne soit pas là au prochain apéro…

C’est aussi cette copine qui se targue d’avoir comme principe l’honnêteté et la franchise. « Je ne fais les choses que si j’en ai envie ».
Vous vous en souvenez quand vous lui avez demandé si elle pouvait vous accompagner pour trouver la tenue idéale en vue d’un entretien d’embauche. Elle pouvait, mais elle vous a gentiment dit qu’elle n’avait pas envie.
Être honnête est une qualité, mais en amitié on vise aussi le soutien indéfectible, et même les jours de grosse flemme on aime se dire que l’autre sera là.

Vous adhérez plutôt au concept suivant: « donner sans attendre mais parce qu’on sait que c’est toujours rendu quelle que soit la manière, et qu’on n’en abusera pas. »

Mais toute copine est bonne à prendre

Pourquoi elle fait toujours partie de la bande ? Mais parce qu’au fond elle n’est pas égoïste et qu’elle sait nous surprendre quand elle fait des efforts. Parce qu’il y a plein de détails qui font qu’on se connait et re-connait et qu’on avance ensemble face à l’adversité.

Et puis faut dire aussi que son « sans-gêne » pousse à l’admiration et que parfois il nous tente, et bien plus souvent qu’on n’ose se l’avouer.

Partagez et likez !
Tags: , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous aimez notre magazine ? Abonnez-vous !