Start-up et assos à suivre / Vie citoyenne et initiatives solidaires

Deux jeunes françaises au secours de l’Afrique

L’Afrique subsaharienne, on le sait, manque cruellement d’eau. Mais quand il y en a, son transport sans hygiène expose aux maladies. Un problème que bien des ONG peinent à résoudre. Pourtant, deux jeunes françaises ont eu une idée de génie qui pourrait changer l’avenir du continent africain.

Lauréates des James Dyson Awards 2015

Depuis Géotrouvetou et le professeur Tournesol, le profil des inventeurs a bien évolué. Chaque jour, de géniales inventions voient le jour et transforment notre quotidien et nos habitudes. La fondation James Dyson a voulu mettre en valeur ces pionniers grâce au concours James Dyson’s Awards, qui récompense chaque année l’ingéniosité et la créativité. Les inventeurs de demain sont encouragés à « penser différemment » afin de trouver une solution innovante à un problème identifié. 18 pays participent au concours chaque année, et le lauréat international se voit remettre 37.500 € (plus 6500 € à son université ou école).
En 2015, deux élèves de l’école de design Strate ont remporté ce concours au niveau national. Nadine Nielsen et Chloé Louisin ont en effet impressionné le jury grâce à leur WAT’BAG.

wat'bag
Le Wat’bag : la solution pour le transport de l’eau

Les deux designers ont depuis le départ une sensibilité commune pour le domaine humanitaire et social.

Nous nous sommes portées volontaires, en 2011, pour une mission humanitaire d’un mois au Togo, centrée sur la reforestation et la sensibilisation à l’environnement, ce, encadrée par l’association “Urgence Afrique”.

Dans le cadre de leurs études, les deux jeunes femmes ont suivi une spécialisation en Design Produit pendant trois ans. C’est cette spécialisation qui leur a permis de travailler en partenariat avec Médecins sans Frontières durant six mois, précisément sur le problème de la distribution d’eau dans les camps de réfugiés. L’ONG les a fortement encouragées en découvrant leur projet Wat’Bag et c’est ce qui les a poussées à se présenter au concours d’inventions.

Mais qu’est-ce que le Wat’bag ?

Elles expliquent :

Lors de notre voyage au Togo, nous avons été marquées par les difficultés que pouvaient rencontrer les populations par rapport à l’eau potable. Nous avons pu suivre au quotidien l’enjeu complexe d’avoir accès à l’eau potable, de la transporter, et la conserver. Lors de nos recherches davantage ciblées sur la République Démocratique du Congo, la mauvaise hygiène des jerrycans, principaux contenants d’eau, a notamment été un élément déclencheur dans notre réflexion.

Elles découvrent en effet que l’eau se mêle, dans les jerrycans, à de l’huile, de l’essence, des bactéries diverses. Près de deux milliards d’Africains consomment chaque jour une eau malpropre ou contaminée par des substances dangereuses.

wat'bag

Wat’Bag

Alors tout naturellement elles ont cherché une solution qui pouvait permettre de transporter l’eau sans risque de contamination. Leur idée est très simple, et pourtant personne n’y avait pensé avant elles.
Il s’agit de placer dans le jerrycan habituel une poche de plastique souple, dont le goulot coïncide avec celui du jerrycan. L’eau contenue dans la poche de plastique n’entre ainsi pas en contact avec les résidus et bactéries. A l’échelle du continent, ce sont des centaines de milliers de vies qui pourraient être sauvées ou améliorées, et autant de frais médicaux en moins.

Wat'Bag

Wat’Bag

Un projet qui cherche encore sa diffusion

Libellules Magazine : Quels financements envisagez-vous ? Allez-vous contacter des industriels pour fabriquer les wat’bag ?
Un kickstarter pourrait être une possibilité de financement pour la suite du développement de Wat’bag. Nous pensons en effet contacter des industriels de Bag-in-Box pour établir un devis et développer ce produit en plus grande quantité.
LM : Pensez-vous orienter votre activité design sur des problématiques similaires à l’avenir ?
Oui, au vu de notre intérêt sincère pour les problématiques sociales, nous souhaitons dans un futur plus ou moins proche monter notre structure autour de projets essentiellement “humanitaires”. Et, nous sommes ravies du prix Dyson Award remporté cette année, qui nous apporte une motivation supplémentaire pour nous diriger dans cette voie.

 

 
On ne peut que souhaiter une grande réussite à Chloé et Nadine, deux jeunes femmes aux idées aussi ingénieuses que généreuses, qui ont d’ores et déjà remporté plusieurs prix sur d’autres projets.

 

Vidéo de présentation du Wat’Bag (en anglais)

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>