Psycho

Le syndrome de l’imposteur

Si vous êtes persuadé que vous ne méritez pas votre succès… Si vous pensez que vous avez réussi par hasard, malgré de bonnes performances… Et si vous êtes stressé que quelqu’un découvre que vous n’avez pas les compétences que vous êtes censé avoir… Vous souffrez du syndrome de l’imposteur.

Syndrome de l'imposteur

Syndrome de l’imposteur ou la dépréciation chronique de ses compétences

Syndrome jusqu’alors peu connu en France, Kevin Chassangre et Stacey Callahan lui ont récemment consacré un livre « Traiter la dépréciation de soi –  Le syndrome de l’imposteur » (2015).

Ce syndrome touche 60 à 70% des gens à un moment de leur vie. Un changement de poste, l’entrée dans les études, une promotion ou la parentalité sont des terrains favorables à ce syndrome. Certaines personnes sont particulièrement touchées de manière quotidienne, comme par exemple les personnes douées et autodidactes.

 

Quels sont les symptômes caractéristiques?

– Vous pensez que vos succès ne sont pas liés à vos compétences mais sont dus à des circonstances extérieures

Le syndrome de l’imposteur, c’est expliquer notre réussite par une cause externe. Celle-ci serait due à un hasard, une chance ou encore à des relations.

Exemple : Vous venez d’avoir votre diplôme. Vous souriez : quelle bonne nouvelle ! Puis très vite, vous vous dites que les sujets étaient faciles et que c’est l’unique raison pour laquelle vous avez réussi. Voyons, ça ne pouvait pas être grâce à vous. Et là, c’est la panique ! « Les gens vont vite se rendre compte que je ne suis pas à la hauteur si je trouve un travail dans mon domaine ». De votre point de vue, il est évident que si vous avez eu votre diplôme, c’est lié à un concours de circonstances indépendant de votre volonté, et non grâce à vos propres capacités.

syndrome de l'imposteur

Vous vous dites que personne n’a encore compris à quelle point vous n’êtes pas doué. Vous vivez dans la crainte que la vérité éclate au grand jour. 

Vous venez d’avoir une promotion et ne vous pensez pas la mériter. Vous vivez en permanence dans le stress que vos patrons finissent par se rendre compte de leur erreur.

Alors, vous fuyez… en évitant de parler en public ou en remettant à plus tard d’importantes décisions. Car vous pensez que ces événements permettront à votre entourage de vous démasquer.

Exemple : Vous devez vous exprimer en public. Le stress est fort. Vous trouvez une excuse ou vous annulez. En effet, vous êtes convaincu que le risque d’être démasqué est trop grand lors de cette prise de parole. Car vous  pensez que vous ne saurez pas répondre aux questions et votre entourage découvrira alors qui vous êtes vraiment : un imposteur !

stress

– Vous avez beaucoup de difficultés à recevoir des signes de reconnaissance extérieurs.

Vous êtes à la recherche de reconnaissance externe pour vous construire une opinion de vous-même, car vous êtes en en dépréciation permanente. Toutefois, même si vous êtes reconnu par des diplômes ou les dires des autres, vous ne pouvez accepter que vous êtes compétent. Cette idée est inconcevable.

Exemple : Votre patron vous dit que vous avez bien travaillé sur un projet. Il est évident pour vous qu’il vous surestime. Il se trompe. Vous souriez, gêné. Il ne doit pas se rendre compte que vous n’avez pas travaillé seul et que vous n’avez réussi que grâce à vos relations.

 

– Vous vous sentez incapable de réaliser certaines tâches dont vous avez pourtant les compétences

Vous vous dîtes que votre entourage va finir par se rendre compte que vous n’êtes pas à la hauteur si vous réalisez ces tâches. Le manque d’estime de soi entraine alors une surestimation des capacités des autres ainsi qu’une dévaluation de ses propres compétences. Ainsi, vous ressentez souvent une réelle incompréhension quand vos résultats sont meilleurs que d’autres.

Exemple : on vous donne de nouvelles responsabilités. C’est le drame. « Mon patron va découvrir que je suis nulle, incapable etc…. il aurait mieux fait de donner ces responsabilité à ma collègue ».

 syndrome imposteur

Perfectionnisme ou procrastination ?

Les présumés imposteurs mettent en place des stratégies pour éviter d’être démasqués. Ces stratégies ne les aident pas car elles les font entrer dans un cercle vicieux dont ils ont du mal à sortir.

Leurs stratégies sont d’en faire trop (perfectionnisme) ou pas assez (procrastination).

Exemple : vous avez un examen. Vous commencez à réviser très en avance. Vous êtes  perfectionniste. Telle une bête de travail, on ne vous arrête plus. Cela augmente vos chances d’avoir de bons résultats qui seront, de votre point de vue, seulement liés au travail fourni. Vous savez que vous ne pourrez pas travailler autant à chaque fois. Alors, votre crainte de ne pas réussir ce qu’on attend de vous va augmenter.

Autre stratégie : vous appliquez la stratégie inverse de ne pas travailler. Inconsciemment vous faites tout pour rater votre but. Facile : vous ne faites rien.  Cela vous protège si vous ratez votre examen car vous pourrez dire que vous auriez réussi si vous aviez travaillé. Et si vous réussissez, vous penserez que vous avez eu beaucoup de chance. Jamais vous n’envisagerez que ce sont vos compétences qui en sont la cause. Vous allez donc encore vous inquiéter pour l’avenir.

Quel que soit votre stratégie, vous êtes donc dans un cercle vicieux qui augmente votre stress et votre sentiment d’être un usurpateur.

stress

Comment sortir du syndrome de l’imposteur ?

La peur d’être démasqué en permanence peut être très difficile à vivre. Le stress qui en découle est un obstacle à l’élaboration de projets dont vous avez pourtant les capacités. Lorsque ces doutes permanents sont un frein à votre bien être, il vous faut agir. Voici donc quelques conseils.

–  Identifier que l’on a le « syndrome de l’imposteur » est la première étape

Le fait de pouvoir mettre un mot sur ses maux permet d’avancer. Comprendre ce que l’on a et savoir que l’on n’est pas seul à se sentir tel un imposteur est une grande étape. Vous pourrez alors apprendre à observer vos réactions, vos pensées et ainsi prendre du recul.

–  Identifiez les causes internes à vos réussites

Cherchez les preuves de votre réussite. Listez les compétences qui vous ont amené au succès pour intégrer que cette réussite n’est pas due au hasard. Vous pourrez ainsi prendre confiance en vous.

– Acceptation de soi et de ses limites

Lorsque vous devez parler en public, vous craignez que les questions révèlent vos lacunes car vous pensez que vous devez avoir réponse à tout. Comprenez que personne n’est infaillible et que les personnes face à vous sont comme vous.

Pensez également que la reconnaissance extérieure a bien moins de valeur si vous ne vous reconnaissez pas vous-même en premier lieu. Essayez alors d’éteindre cette petite voix maléfique qui vous dit en permanence « tu es nul, tu as seulement beaucoup de chance ».

– Gérer les phases de perfectionnisme ou de procrastination

Maintenant que vous savez que vous en faites trop ou pas assez en raison de ce syndrome, vous pourrez apprendre à vous maitriser. Si par exemple, vous êtes perfectionniste, ne vous donnez pas des objectifs trop élevés qui vous feront penser que vous avez réussi seulement grâce à votre travail et non grâce à vos compétences.

– Forcez-vous à accepter les retours positifs de l’entourage.

Acceptez la reconnaissance et les compliments que vous recevez. Puis, arrêtez de penser que ce sont les autres qui vous jugent alors que c’est vous qui vous estimez non compétent. Enfin, parfois, il faut renoncer à attendre des signes de reconnaissance externes pour vous faire votre propre opinion sur vous.

 

Le syndrome de l’imposteur, peu connu jusqu’à récemment, touche pourtant plus de la moitié de la population au moins une fois dans sa vie. Il fait de plus en plus parler de lui en France, ce qui est un grand pas afin d’aider toutes les personnes qui en souffrent au quotidien. Et vous, vous êtes-vous déjà senti tel un imposteur ?

Tags: , , , , , ,

One Comment

  1. Pingback: 10 choses à ne pas faire avec son patron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>