Entre copines

Mes copines sont des poulettes

Mes copines ne se ressemblent pas. Souvent, elles ne se connaissent même pas. Pourtant elles ont toutes un point commun : elles souscrivent à la grande famille des « poulettes ».

copines poulettes

Je n’ai jamais vraiment su d’où venait cette façon de s’interpeller. Il y avait l’ancestral « ma chérie », trop daté et trop jet-set pour convenir à notre génération. Il y avait le « ma belle », qui continue de temps à autre à faire irruption au détour d’un mail. Il y avait le « Salut + prénom », basique et finalement impersonnel, qui n’a duré que le temps de sceller l’amitié. Pour les plus littéraires, le « chère toi » voire le « chère vous » a connu son heure de gloire. Et même, ma copine avec laquelle j’ai préparé l’agrégation et bûché sur les lettres de Mme de Sévigné, me gratifie encore d’un « chère bonne ».

Mais force est de constater qu’un tsunami linguistique est venu balayer tout ça d’un uniforme « salut poulette » ou d’un chaleureux « ma poulette ». Emportée par la vague, je me surprends moi aussi à qualifier mes bonnes amies de ce sobriquet galinacéen.

Et soudain, c’est le drame : pourquoi des filles émancipées, modernes, cultivées et bien sous tous rapports, sacrifient-elles à cette interpellation codifiée et – disons-le – franchement dépréciative ?

Car la poulette, à l’instar de la poule dont elle n’est que le prémisse, n’a rien de sexy ni de transcendant. Voyons ce qu’en dit le Larousse :

Jeune poule

Familier : terme d’amitié en parlant à une fillette, à une jeune fille ; jeune fille, jeune femme.

Certes, la poule n’est pas l’animal le moins noble de notre panthéon culturel : la preuve en est que le coq est l’emblème de la France. Or le coq n’est que le « mâle de la poule », toujours selon le Larousse. On pourrait donc voir dans cette interpellation usuelle une connotation patriotique. Mais mes copines ne sont pas patriotiques : non seulement la majeure partie d’entre elles vit à l’étranger, mais en plus elles auraient tendance à se définir comme « citoyennes du monde » plutôt que comme adhérentes au FN. J’en déduis que leurs amicaux « ma poulette » ne doivent rien au drapeau bleu-blanc-rouge.

Regardons alors du côté moins glorieux de la jeune poule : plat préféré du repas dominical, ou, encore plus prosaïquement, pourvoyeuse de foetus de poussins, généralement dénommés « oeufs ».

mother-hen-374128__180

Mes copines sont donc des pondeuses, voire des plats de résistance un brin festifs. Et moi avec.

Non, ça ne colle pas. Mes copines sont des femmes libres, modernes, dont le seul horizon n’est pas la progéniture, bien qu’elles ne dédaignent pas de se reproduire à l’occasion. Et si tu leur dis que leur vie n’est vouée qu’à couver ou à servir de « plat de résistance », elles te collent une beigne direct. Une fois que tu as ramassé tes dents, tu comprends que tu as fais fausse route. Elles sont très sympa, mes copines, mais faut pas les chercher.

Donc exit le côté « madre dolorosa » de la jeune poule. Il faut trouver ailleurs le mystère de cette mode sémantique ô combien mystérieuse.

women-697928__180

Il semblerait bien que, malgré la trentaine bien dépassée, mes copines affectionnent la jeunesse. Avec ce « poulette » affectueux, elles me rappellent que je suis encore – à leur yeux – cette jeune donzelle, cette fringante jeune femme avec laquelle elles ont fait les quatre cent coups et pleuré devant Titanic. Dans leur bouche, « poulette » est synonyme de « jeune femme », douceur qu’elles m’octroient malgré les rides qui apparaissent et quelques cheveux blancs.

Elles ne me voient pas vieillir.

Et c’est là que l’amitié prend – entre autres – toute sa valeur : ce regard bienveillant, qui rend plus beau ce qu’il contemple.

Merci à mes copines, à mes poulettes, de me renvoyer cette image flatteuse et apaisante. Grâce à vous, je ne pense plus au temps qui passe.

 

 

Partagez et likez !
Tags: , , , , ,

2 Comments

  1. Quattre says:

    Je ne suis pas une poulette, je le dis haut et fort!

    • Cécile D says:

      Chère bonne, vous êtes un aigle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous aimez notre magazine ? Abonnez-vous !