Santé au naturel

J’arrive pas à maigrir… et si c’était un manque de cuivre ?

Avec les beaux jours qui reviennent et le maillot qui se profile, les personnes en surpoids sont nombreuses à tenter encore de maigrir. Mais il arrive que, malgré une alimentation équilibrée et une activité physique régulière, les kilos s’incrustent. Une étude de la revue Nature chemical Biology suggère que le manque de cuivre pourrait être en cause.

Surpoids et minéraux, une relation méconnue

surpoids et cuivreSi la majorité des femmes connaissent les méfaits d’une carence en fer (fatigue, anémie) ou en magnésium (nervosité, troubles du sommeil, fatigue), elles sont souvent moins bien informées sur les autres minéraux, tels que le zinc, le chrome ou le cuivre.

Le manque de magnésium, induit notamment par un stress récurrent, est lui aussi coupable de la prise de poids.

“Le stress provoque une sécrétion d’adrénaline. Celle-ci fait entrer du calcium dans les cellules, ce qui augmente la tension des muscles, agite le système digestif et accélère le rythme cardiaque. En même temps, l’adrénaline chasse le magnésium des cellules vers le sang. A ce moment, les reins réagissent comme s’il y avait un excès de magnésium et le fait passer dans les urines.

Ainsi, tous les petits stress quotidiens nous « coûtent » du magnésium. Cette carence réduit notre capacité à bien brûler les calories et génère de la fatigue. Or la fatigue et le stress nous incitent naturellement à manger plus pour compenser. Lorsque ces nouvelles calories arrivent aux centrales énergétiques de notre organisme, il n’y a pas assez de magnésium pour les brûler. Elles sont donc stockées sous forme de graisses dans les tissus adipeux. Évidemment, tout cela s’accompagne d’un nouveau coup de fatigue, et la boucle est bouclée !” explique le site ronds-rondes.com/carence-en-magnesium-stress-et-surpoids/

Pour éviter les carences en magnésium, prévoyez au menu fruits de mer, crustacés, légumes secs, céréales complètes, oléagineux (1 douzaine d’amandes ou de noisettes, 5 cerneaux de noix par jour).

Le zinc est lui aussi primordial pour réguler son poids. Il est en effet nécessaire (avec les vitamines B6 et B12) pour synthétiser l’hormone de croissance (STH), laquelle accroît la synthèse des protéines et favorise la dégradation des graisses. Les personnes atteintes de surpoids présentent de manière caractéristique de basses concentrations de STH, ce qui rend souvent la réduction du poids plus difficile. Plus on avance en âge, moins on produit de cette hormone. C’est ce qui explique que, de manière naturelle, les jeunes gens puissent faire des excès alimentaires fréquents sans prendre de poids, tandis que leurs aînés s’empâtent inexorablement malgré un régime alimentaire consciencieux. Mais si on manque de zinc, l’âge ne fait plus rien à l’affaire et les bienfaits de cette hormone sont perdus. Rien de plus simple que de mesurer notre taux de zinc ou de magnésium : une simple prise de sang suffit.

Le cuivre, un oligoélément essentiel pour le poids

Le cuivre est nécessaire pour former les globules rouges, absorber le fer, développer le tissu conjonctif et soutenir le système immunitaire.

La nouvelle étude montre que le cuivre est essentiel pour décomposer les cellules graisseuses de sorte qu’elles puissent être utilisées pour l’énergie, explique Chris Chang de l’Université of California à Berkeley.

Chez les bovins, les niveaux de cuivre dans l’alimentation affecteraient le niveau de gras dans la viande. Cet effet sur les dépôts de graisse était mentionné dans la littérature agricole sans que les mécanismes biochimiques de ce lien soient connus. “« Le cuivre agit comme un régulateur. Plus il y a de cuivre, plus la graisse est décomposée” explique le chercheur.

Chang et son équipe ont identifié les mécanismes impliquant le cuivre dans le métabolisme des graisses chez des souris, ainsi qu’au moyen de cellules cultivées en laboratoire. Il estime donc que le mécanisme identifié chez les souris et les bovins est probablement identique chez les humains.

Avant de vous précipiter sur une supplémentation en cuivre, vérifiez d’abord que vous faites partie des personnes susceptibles de souffrir d’une telle carence : à savoir celles qui mangent de grandes quantités de viande et celles qui ont des problèmes digestifs (perturbant l’assimilation des nutriments). On trouve le cuivre dans les huîtres et autres crustacés, les légumes à feuilles vertes, les champignons, les graines, les noix et les haricots.

cuivre

Le chercheur et son équipe signalent par ailleurs qu’il faut prendre garde à ne pas ingérer trop de cuivre : en excès, celui-ci déséquilibre l’action des autres minéraux, dont le zinc. Un suivi médical est donc nécessaire, aussi bien pour mesurer le taux de cuivre dans le sang et diagnostiquer une éventuelle carence, que pour établir une supplémentation régulée.

 

 

 

Crédit photos : pixabay
Tags: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>